Communiqué conjoint des partis de l’opposition : le PAM, l’Istiqlal et le PPS

Conscients des difficultés auxquelles le Maroc est confronté des suites de la pandémie du Covid-19 et de l’importance des mesures audacieuses de Sa Majesté le Roi pour y faire face ainsi que du climat des préparatifs des prochaines échéances électorales, les partis de l’opposition, le PAM, l’Istiqlal et le PPS ont réaffirmé samedi, dans un communiqué commun, leur volonté d’œuvrer pour le renforcement de l’Etat national et démocratique avec toutes ses institutions, l’émergence d’un gouvernement fort capable d’initier les réformes, tout en dénonçant l’instrumentalisation politicienne de  l’œuvre caritative et solidaire dans le but d’influer le choix des électeurs.

 

Les partis de l’opposition parlementaire : le PAM, l’Istiqlal et le PPS, conscients des conditions difficiles que notre pays vit des suites de la pandémie du Covid-19, des mesures importantes prises pour faire face à la situation actuelle et principalement les décisions audacieuses de Sa Majesté le Roi, ainsi que le climat général dans lequel se déroulent les préparatifs des prochaines échéances électorales, se félicitent de la préparation juridique de cette importante étape politique, dans l’attente de l’annonce officielle des dates de l’organisation des différents scrutins.

Tout en réaffirmant la centralité de la dimension démocratique dans la réussite du modèle de développement alternatif, les trois partis politiques expriment leur détermination à poursuivre l’action pour le renforcement de l’Etat national et démocratique avec toutes ses institutions et la consolidation du front intérieur, d’œuvrer pour l’augmentation du taux de participation citoyenne et de contribuer à dépasser la crise du politique et la crise de confiance qui traversent la société.

Pour la réalisation de ces objectifs nationaux, les trois partis politiques considèrent que la situation requiert une dynamique politique nouvelle et un élan de grandes réformes capables de dégager un gouvernement fort, solidaire, homogène et responsable pour faire face aux défis internes et externes du pays et dépasser les dysfonctionnements de la gestion gouvernementale actuelle et l’incapacité manifeste du gouvernement à entamer les réformes nécessaires. Il s’agit également de dépasser l’exacerbation des divergences entre les composantes du gouvernement et ses atermoiements clairs à faire face aux répercussions économiques et sociales de la pandémie.

Dans ce cadre, les trois partis politiques soulignent la nécessité de prendre les décisions et les mesures nécessaires à la création d’un climat général positif fondé sur l’apaisement politique et la préservation des droits humains, à même de permettre la réconciliation des Marocains avec la chose publique et de contribuer à l’augmentation du taux de participation, condition indispensable pour renforcer la crédibilité des institutions élues.

Pour la réalisation de cet objectif, les trois partis politiques expriment leur ferme conviction que la situation nécessite que règne dans notre espace national un débat public pondéré et responsable au sujet du bilan de la gestion de la chose publique par le gouvernement, en application du principe de la reddition des comptes. Ce débat doit porter également sur la teneur des projets de société et des programmes des partis politiques. Il devra être couvert par les différents médias publics et privés, faire l’objet d’analyse, de comparaison et de critiques constructives de la part des différents moyens d’expression et de participation citoyenne.

Dans ce cadre, les trois partis politiques rappellent au gouvernement qu’il doit prendre, comme cela a toujours été le cas, sur les plans communicationnelles et médiatiques, les mesures qui s’imposent pour accompagner, dès à présent, l’ensemble des étapes du processus électoral, concernant en particulier les moyens des médias publics qui doivent remplir leur rôle prévu dans leurs cahiers des charges, pour mettre en relief les visions politiques dans leurs différences et leur diversité.

Soucieux de préserver la sécurité de toutes les étapes de l’opération électorale et le principe noble de la concurrence loyale qui doit l’imprégner, les trois partis politiques réaffirment leur condamnation de principe du phénomène de l’instrumentalisation politicienne de l’œuvre caritative et solidaire, quel qu’en soit le penchant politique pour influencer le choix des électeurs, par des moyens scandaleux que l’opinion publique a accueilli avec indignation et réprobation.

Dans ce cadre, les trois partis politiques considèrent que ce phénomène illicite s’appuie sur l’exploitation illégale et immorale des renseignements et des données personnels des citoyennes et citoyens et nécessite l’intervention des autorités publiques pour l’empêcher et y mettre fin.

Rabat, le 24 Avril 2021